Le Canada risque de perdre du terrain dans la course mondiale aux compétences, signale un rapport

Selon un rapport qui vient de paraître, le Canada pourrait accuser du retard par rapport aux autres pays sur le plan économique, à moins que les éducateurs et les gouvernements n’arrivent à persuader davantage de jeunes de suivre des carrières liées à la science.

Le rapport, intitulé Competing in the 21st century skills race (La course aux compétences au 21e siècle), affirme que le Canada est aux prises avec une pénurie de plus en plus prononcée de travailleurs dotés d’un diplôme universitaire en sciences, en technologies, en génie et en mathématiques. Cela s’explique en grande partie par le fait qu’un trop petit nombre de diplômés du secondaire décident de poursuivre leurs études dans ces disciplines.

Le rapport cite une enquête réalisée en 2010 auprès de Canadiens âgés de 16 à 18 ans, où seuls 37 % des personnes enquêtées ont exprimé le désir de suivre ne serait-ce qu’un cours de sciences dans le cadre de leurs études postsecondaires.

« Notre étude montre que les étudiants canadiens savent qu’il faudrait recruter davantage de jeunes dans les programmes de sciences, mais la plupart d’entre eux ne se sentent pas attirés par ce type d’études ou de travail », expliquent les auteurs du rapport.

Les auteurs du rapport sont Graham Orpwood, professeur émérite d’education à l’Université York, à Toronto; Bonnie Schmidt, présidente et fondatrice de Parlons sciences, un organisme national sans but lucratif, et Hu Jun, professeur agrégé de l’Institut national des sciences de l’éducation de Chine, à Beijing.

Les auteurs conviennent que le système d’éducation canadien comporte bien des forces. Les taux de littératie et de numératie sont relativement élevés par rapport aux normes internationales, tout comme le taux d’inscription dans les collèges et universités.

Toutefois, le Canada enregistre de piètres résultats par rapport aux autres pays en ce qui concerne le taux d’inscription à des programmes de niveau universitaire en sciences, en génie et en mathématiques. Pour ce qui est du pourcentage de titulaires d’un doctorat par 100 000 habitants, le Canada se classe aux derniers rangs des pays industrialisés.

Le rapport souligne que l’Inde, la Chine et d’autres pays asiatiques à croissance économique rapide mettent tout particulièrement l’accent sur la formation d’un grand nombre de diplômés très qualifiés dans des domaines liés aux sciences, notamment en génie. Par exemple, en Chine, plus d’un diplôme sur trois est décerné dans une discipline liée au génie, alors qu’au Canada, ce taux est seulement de un sur dix.

« Lorsqu’on se demande comment procéder pour perfectionner le système canadien d’éducation, il est essentiel d’étudier attentivement de quelle manière les autres pays s’y prennent pour combler leurs besoins en travailleurs hautement qualifiés », signale le rapport.

L’article publié aujourd’hui est le sixième d’une série de publications commandée par le Conseil canadien des chefs d’entreprise (CCCE) pour évaluer les incidences sur le Canada de la croissance économique rapide de l’Asie. Les opinions exprimées dans cet article sont celles des auteurs et ne traduisent pas nécessairement la position du CCCE ou de ses membres.

Le CCCE est la principale voix de la communauté des d’affaires du Canada, représentant les chefs d’entreprise et les entrepreneurs de 150 entreprises chefs de file. Ses membres dirigent des entreprises qui administrent des actifs collectifs de 4 500 milliards de dollars, emploient plus de 1,4 million de travailleurs et travailleuses, et représentent la grande majorité des investissements, exportations et formation du secteur privé du Canada.

En septembre, le CCCE accueillera une conférence intitulée « Le Canada à l’ère du Pacifique », qui rassemblera plus de 200 PDG, hauts fonctionnaires, enseignants et autres dirigeants de la société canadienne triés sur le volet. La conférence vise à trouver des stratégies qui permettront au Canada de réussir dans un monde où la puissance économique se déplace vers l’Asie.

Pour plus de renseignements au sujet de la conférence et de la série de publications, veuillez consulter le site Web suivant : http://www.ceocouncil.ca/fr/initiatives/le-canada-a-lere-du-pacifique.