Lettre au très honorable Stephen Harper, C.P., député, Premier Ministre du Canada

Monsieur le Premier Ministre,

Le Conseil canadien des chefs d’entreprise désire vous féliciter, vous et votre parti, pour la victoire historique que vous avez remportée cette semaine. Après sept années de gouvernement minoritaire, les Canadiens et les Canadiennes ont choisi d’accorder leur confiance à une administration conservatrice majoritaire. Las des parlements dysfonctionnels et des manœuvres politiques à courte vue, ils ont opté pour la stabilité et pour une maîtrise ferme du gouvernail économique.

Depuis 2006, vous avez, à titre de premier ministre, parrainé un large éventail de politiques – qu’elles touchent la libéralisation du commerce, la réforme de la réglementation ou la réduction de l’impôt des sociétés – qui ont contribué à améliorer la capacité de notre pays de s’illustrer sur les marchés mondiaux. Nous vous encourageons par conséquent à garder le cap tout en profitant du nouveau mandat qu’a reçu votre gouvernement pour mener un certain nombre de réformes plus larges et plus ambitieuses.

Bien que la reprise économique soit bien enclenchée au Canada, un certain nombre de défis importants se profilent à l’horizon. Notre population vieillit. Notre performance au plan de la productivité est faible. Le poids de la dette publique est lourd, en particulier au niveau provincial. Mais l’enjeu le plus redoutable est sans doute le déplacement du centre de gravité de l’économie mondiale des grandes économies industrialisées vers les marchés émergents. La concurrence internationale – pour les ressources, le capital, les idées et la main-d’œuvre qualifiée – s’intensifie. C’est pourquoi les entreprises canadiennes sont en proie à d’énormes pressions à ce chapitre. Compte tenu de l’évolution rapide du contexte économique, le Canada a besoin d’une stratégie qui lui permette de profiter au maximum de ses atouts traditionnels tout en favorisant l’innovation et en créant de nouvelles possibilités pour ses travailleurs et ses entrepreneurs.

La tâche la plus immédiate de votre gouvernement sera de faire approuver le budget 2011-2012 par le Parlement. Le plan financier présenté en mars par le ministre des Finances, Jim Flaherty, mettrait résolument le Canada sur la voie de l’équilibre budgétaire pour le milieu de la décennie, en présumant que la croissance de l’économie soit modérée, que l’on restreigne les dépenses et qu’il n’y ait pas d’augmentation de taxes. Nous appuyons d’ailleurs fortement cette démarche. Comme nous l’avons affirmé à la suite de la présentation du budget, le 22 mars, l’Examen stratégique et fonctionnel 2011-2012 aura une importance déterminante à l’égard de l’atteinte des objectifs financiers du gouvernement et on peut s’attendre à ce qu’il comporte d’autres retombées positives, notamment une plus grande efficacité et une rationalisation des services publics.

Parmi les autres grandes priorités, mentionnons également la nécessité de renforcer le partenariat du Canada avec les États-Unis. En février, vous et le président Barack Obama avez annoncé une stratégie en quatre volets en vue d’améliorer la coopération bilatérale en matière de sécurité ainsi que d’accélérer la création d’emplois et la croissance économique par la facilitation du commerce à nos frontières. La communauté canadienne des affaires accueille favorablement cette initiative ambitieuse et vous est reconnaissante de votre leadership à ce chapitre. Des ententes rapides et des actions hâtives à l’égard d’un certain nombre de recommandations – de même que des progrès visibles vers une coopération réglementaire – contribueront à concrétiser cette vision.

Parallèlement, nous devons continuer de rechercher de nouveaux débouchés pour les exportateurs canadiens dans des marchés éloignés de nos côtes. Nous vous encourageons à viser une conclusion rapide et fructueuse des négociations en cours sur un partenariat économique avec l’Union européenne et l’Inde. Plus important encore, le Canada doit élaborer et déployer une stratégie en vue de composer avec la montée de superpuissances en émergence comme la Chine. En cette période où les économies asiatiques affichent des niveaux constamment élevés de croissance économique et exercent une influence politique et culturelle de plus en plus grande, le Canada doit se tourner de manière plus décisive et stratégique vers les marchés clés de l’Asie et vers tout l’ensemble de cette région.

Notre économie repose fortement sur un système de commerce multilatéral; voilà pourquoi nous souhaitons grandement que votre gouvernement milite en faveur d’une issue fructueuse au Programme de Doha pour le développement de l’Organisation mondiale du commerce d’ici la fin de la présente année. Pour démontrer l’engagement ferme du Canada en faveur de la libéralisation du commerce, nous appuyons votre plan de réforme des pratiques commerciales de la Commission canadienne du blé. Nous croyons, en ce sens, que le moment est propice à l’élimination graduelle des systèmes nationaux de gestion de l’offre en ce qui concerne les œufs, les produits laitiers et la volaille, qui pénalisent les consommateurs et ont nui sérieusement à la réputation de défenseur des marchés libres de notre pays.

Au chapitre des politiques intérieures également, nous vous demandons avec insistance de procéder rapidement à la remise à l’ordre du jour de la législation visant à moderniser la Loi sur le droit d’auteur ainsi qu’à l’amélioration de la protection de la propriété intellectuelle en ce qui concerne les produits pharmaceutiques et autres produits innovants. Comme nous l’avons souligné dans notre mémoire au Groupe d’experts sur la recherche et de développement, le Canada doit se doter d’un cadre de politique clair à l’appui de l’innovation en affaires et procéder à un examen complet des mécanismes et des instruments stratégiques fédéraux dans ce domaine dans l’optique de maximiser leur impact sur sa performance économique. La réduction du fardeau réglementaire de l’industrie canadienne est également essentielle à l’amélioration de la compétitivité et de la productivité. Nous tenons à féliciter votre gouvernement pour son initiative de création de la Commission sur la réduction de la paperasse et nous vous prions instamment d’établir des objectifs précis et mesurables de réduction des frais d’observation.

Il existe un certain nombre de domaines importants à l’égard desquels une coopération intergouvernementale accrue pourrait produire des avantages mesurables pour l’économie du Canada et pour ses citoyens. Pour résoudre le double défi du vieillissement de la population et des pénuries imminentes de travailleurs qualifiés, nous recommandons que votre gouvernement collabore avec les provinces en vue de l’élaboration et de la mise en œuvre d’une stratégie nationale du marché du travail. En outre, les deux paliers de gouvernement devraient mettre l’accent sur le renforcement du cadre d’orientation de la politique énergétique nationale de manière à faire en sorte que le Canada alimente le marché mondial de l’énergie et des technologies énergétiques de pointe, qui est en pleine croissance, tout en minimisant les impacts environnementaux. Par ailleurs, compte tenu de l’expiration en 2014 des arrangements fédéraux-provinciaux sur le financement des soins de santé, il est essentiel que votre gouvernement commence dès maintenant à tracer un parcours susceptible d’orienter les deux paliers de gouvernement vers un plan visant à limiter la croissance globale des coûts tout en améliorant les résultats au plan de la santé et l’efficacité des services.

Monsieur le Premier ministre, votre gouvernement a fait d’importants accomplissements au cours des cinq dernières années, et ce, malgré les contraintes liées à sa situation minoritaire et un contexte d’insécurité économique à l’échelle mondiale. Forts d’un mandat majoritaire clair, vous et votre parti êtes désormais dans une position favorable pour agir de manière audacieuse en vue d’accroître la capacité du Canada de se mesurer à ses concurrents dans la recherche des compétences et des investissements, dans une économie mondiale en mutation rapide. Les chefs d’entreprise du Canada sont prêts à vous soutenir dans vos efforts en ce sens et espèrent continuer de travailler en collaboration étroite avec vous et votre gouvernement en vue de tracer un avenir encore plus prospère pour les Canadiens.

Veuillez agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de ma très haute considération.

John Manley